3 traits du vrai photographe de la nature

Il existe d’innombrables articles et vidéos qui enseignent les aspects techniques et créatifs de la photographie de nature. Cependant, je crois que toutes ces instructions ne feront pas forcément de vous un grand photographe de la nature. Vous devez également posséder certains traits de personnalité. Dans l’espoir d’améliorer ma propre photographie, j’ai observé attentivement les grands photographes de la nature et j’ai consigné sur papier les traits dont vous avez besoin pour devenir grand.

Déteste le beau temps

Si un grand photographe de nature a planifié un voyage et que les prévisions indiquent qu’il fera beau tous les jours, il/elle commencera à désespérer. Rien n’est pire que le beau temps. Le grand photographe de la nature commencera désespérément à chercher un endroit différent et finira par en trouver un où il fait -40 degrés, avec des vents de 70 miles/h et 10 pieds de neige. Les grandes photos de la nature ne peuvent souvent être réalisées que dans les conditions les plus misérables. Mais la misère est quelque chose qu’un grand photographe de nature a appris à aimer. En fait, la misère est la seule chose qui le rend vraiment heureux.

Trouble obsessionnel compulsif

Si vous êtes un être humain normal et bien adapté, vous sortirez votre appareil photo au lever ou au coucher du soleil, vous prendrez une poignée d’images, puis vous partirez. Vous avez mieux à faire que de rester assis pendant des heures ou des jours juste pour prendre une photo. Ce n’est pas le cas des grands photographes de la nature. Ils se promèneront sans fin dans une région à la recherche de la composition parfaite. Rien ne les satisfera. Ils ajusteront fréquemment la position de l’appareil photo d’un centimètre vers la gauche ou la droite, car ce centimètre va faire toute la différence sur la photo et ils refuseront de changer car c’est cette façon d’être qui fait qu’ils sont passionnés.

Avant même leur arrivée, ces photographes examineront les données de leurs applications téléphoniques et de leurs ordinateurs pour s’assurer que le soleil, la lune, la voie lactée, etc. seront exactement à la bonne position dans le ciel pour la photo parfaite.

Patience d’un lézard

Si vous avez déjà vu un lézard essayer d’attraper une proie, vous savez qu’il reste assis pendant des heures, immobile, à attendre que la proie vienne à lui. Les grands photographes de la nature sont en grande partie de grands lézards. Ils attendront des heures pour obtenir la meilleure lumière possible. Si cette lumière ne se matérialise pas, ils camperont souvent au même endroit pendant des jours et des jours pour obtenir la seule photo dont ils sont satisfaits. En attendant, ils regretteront la plupart de leurs décisions de vie et penseront à toutes les meilleures façons d’exploiter ces heures là. Mais lorsqu’ils obtiendront enfin la bonne lumière et une image qu’ils aiment, tout ce temps perdu sera oublié. Leur adrénaline sera si forte qu’ils ne pourront penser qu’à se mettre en route pour obtenir la prochaine grande image… et ensuite attendre et attendre et attendre et attendre….